Le film The Covenant de Guy Richie est-il une histoire vraie ?

Diffusé depuis le 23 juin 2023 sur Prime Vidéo, le film The Covenant de Guy Richie avec Jake Gyllenhaal aborde le sujet de la guerre en Afghanistan et des liens étroits qui se sont tissés entre les soldats américains et les interprètes locaux. Avec The Covenant, Guy Ritchie ne nous fait pas seulement plonger dans la violence de la guerre, il nous raconte avant tout une histoire d’amitié et de loyauté, un récit aussi haletant qu’émouvant. Une belle histoire à laquelle on a envie d’y croire très fort, tellement qu’on se demande (et qu’on espère que ce soit le cas) si The Covenant est une histoire vraie ?

The Covenant est-il une histoire vraie ?

De nombreux films de guerre ont vu le jour depuis que le cinéma existe. Et chaque guerre a droit à son lot de films de toutes sortes et de toutes nationalités. Bien sûr, certaines histoires ou certaines scènes restent gravées à jamais dans l’histoire du cinéma et dans la tête des spectateurs.

On peut bien évidemment citer les plus cultes comme Platoon, Apocalypse Now, Il faut sauver le soldat Ryan, Zero dark thirty, American Siper, La chute du Faucon Noir, Pearl Harbor ou plus récemment sur Netflix, A l’ouest rien de nouveau (qui soit dit en pensant est encore mieux et plus poignant en livre qu’en film).

Alors, effectivement, The Covenant ne va probablement pas avoir l’honneur de figurer un jour dans les films de guerre cultes. Mais son histoire mérite tout de même de s’intéresser à un sujet très peu abordé et qui fait partie de ces zones d’ombres qui subsistent une fois la guerre terminée : les rapports de l’armée américaine avec les interprètes locaux.

Et c’est ce point qui a titillé Guy Ritchie et lui a donné envie de réaliser ce film. Car en fait, The Covenant n’est pas une histoire vraie, mais plutôt le fruit d’un travail de recherches sur le conflit impliquant l’armée américaine et l’Afghanistan.

Quelles sont les sources d’inspiration de Guy Richie pour réaliser The Covenant ?

The Covenant n’est donc pas une histoire vraie, mais Guy Ritchie s’est tout de même inspiré de nombreux récits, documentaires et reportages pour imaginer son film de guerre.

Dans une interview avec Deadline, il raconte par exemple, qu’il s’est appuyé sur des recherches réelles concernant le conflit impliquant l’Afghanistan et l’armée américaine. Il a également expliqué son processus de travail pour réaliser le film.

J’ai regardé une série de documentaires sur l’Afghanistan et j’ai pu voir la collaboration entre les interprètes et leurs sergents, pour ainsi dire, leurs collègues américains, et comment ce lien s’est développé.

Guy Ritchie avec Deadline

Dans une autre interview, cette fois avec Collider, il parle de son inspiration pour créer le film. Il a expliqué que l’idée du film est venue d’un article qu’il avait lu sur les interprètes afghans qui travaillaient avec les forces armées américaines en Afghanistan. Il a été fasciné par leur rôle et leur relation avec les soldats américains. Il a également déclaré que le film est un hommage à ces interprètes afghans qui ont risqué leur vie pour aider les forces armées américaines.

Dans une interview avec The Time, il raconte la fascination qu’il a éprouvé en voyant les relations entre les interprètes et leurs sergents.

J’ai été fasciné par les interprètes afghans et leur relation avec leurs collègues américains. J’ai regardé une série de documentaires sur l’Afghanistan et j’ai vu la collaboration entre les interprètes et leurs sergents, pour ainsi dire, leurs collègues américains, et comment ce lien s’est développé.

Guy Richie avec The Time

Ainsi, bien que le film nous montre de véritables photos durant le générique de fin et donne l’air d’être une histoire vraie, son scénario est pourtant entièrement fictif. Cependant, l’histoire de The Covenant est parfaitement crédible, d’autant plus lorsqu’on sait que depuis le retour des talibans au pouvoir en 2021, les centaines, voire les milliers, d’interprètes afghans sont obligés de vivre cachés.

[winamaz bestseller= »guy richie » template= »vertical »]