Délivre-nous du mal

Délivre-nous du mal : l’histoire vraie d’un flic devenu démonologue

Le thriller horrifique Délivre-nous du mal de Scott Derrickson fait une entrée triomphale sur Netflix, en se positionnant dans le top 10 des films les plus regardés. Plutôt pas mal pour un film sorti en 2014 et qui n’avait pas connu le succès de Sinister (son prédécesseur), film d’horreur également réalisé par Scott Derrickson et sorti en 2012. Pourtant, Délivre-nous du mal est un film qui mérite d’être regardé et apprécié, ne serait-ce que par son ambiance prenante, à mi-chemin entre le polar noir et le film d’horreur. Film de possession qui n’a pas besoin d’en faire trop pour nous faire entrevoir le mal originel, Délivre-nous du mal est avant tout un film inspiré de faits réels, et c’est peut-être ce qui est le plus flippant.

Délivre-nous du mal – Trailer officiel

Délivre-nous du mal, le synopsis de ce polar horrifique à succès

Ralph Sarchie, policier de nuit dans le quartier ultraviolent du Bronx Sud, est confronté aux pires atrocités nuit après nuit. Crimes violents, agressions, meurtres, enfants maltraités, violés, tués, femmes battues, violées tuées… son quotidien est pavé du mal créé par les humains.

Cependant, il se retrouve un jour confronté à une enquête dépassant tout ce qu’il a jamais connu dans sa longue carrière de flic de nuit. Une série d’évènements semblant être liée à un seul et même homme, un ancien soldat revenu de la guerre en Irak, qui inciterait d’autres soldats et son entourage à commettre des actes horribles.

Menant l’enquête, Ralph Sarchie s’enfonce toujours plus dans l’obscurité et se fait entraîner dans une spirale qu’il ne peut contrôler et qui le mène tout droit en enfer, ébranlant alors violemment sa nature sceptique.

Cette dernière vole en éclats lorsque Mendoza, un prêtre, lui fait comprendre qu’il a affaire à un mal bien plus perfide, sournois et dangereux que ce que l’Homme à lui seul peut engendrer.

Le film Délivre-nous du mal, nous raconte-t-il une histoire vraie ?

Si la question de savoir si Délivre-nous du mal est une histoire vraie vous taraude, alors je ne vais pas vous faire mariner plus longtemps.

Non, délivre-nous du mal n’est pas une histoire vraie à proprement parler. Par contre, c’est une histoire inspirée de faits réels. Vous voyez la nuance ?

Scott Derrickson n’en est pas à son coup d’essai

Scott Derrickson n’en est pas à son coup d’essai avec les histoires flippantes inspirées d’une histoire vraie et qui plus est, d’exorcisme.

En effet, Scott Derrickson n’est pas uniquement l’heureux papa de Sinister, il est aussi celui de l’Exorcisme d’Emily Rose, qui rappelons-le est un film d’horreur qui nous raconte l’histoire vraie d’Emily Rose, une jeune fille qui, pensant être possédée par le diable, fit appel à un exorciste, mais l’exorcisme fut un échec, d’autant plus Emily Rose mourut durant la tentative d’expulsion du démon.

Toutefois, le film nouvellement arrivé sur le catalogue du N rouge et figurant dans le top des films les plus vus de Netflix, n’est pas une histoire vraie. En effet, Délivre-nous du mal est inspiré de faits réels, à savoir ceux racontés par l’officier de police Ralph Sarchie dans son livre « Beware The Night », livre dans lequel il raconte un peu de sa vie en tant que démonologue et surtout, dans lequel il raconte quelques-unes de ses expériences les plus marquantes au contact de personne possédées ou de lieux hantés.

Interview de Ralph Sarchie à propos du film Délivre-nous du mal (activez les sous-titres si besoin)

Beware The Night, Ralph Sarchie, les Warren et les démons

On apprend d’ailleurs dans le livre Beware The Night, que Ralph Sarchie travaillait en étroite collaboration avec les célébrissimes chasseurs de fantômes, Ed et Lorraine Warren, démonologue pour lui et clairvoyante pour elle. Oui, les mêmes que ceux qui ont inspiré la saga Conjuring.

J’avoue que quelque part, ça force le respect. Et si vous vous demandez si Ralph Sarchie a eu l’honneur d’aller dans le « musée des horreurs » des Warren et s’il a pu voir la véritable poupée Annabelle, eh bien oui il a pu faire tout ça, et même plus !

Mais pour avoir plus de détails, vous allez devoir lire son livre « Beware the Night« , dans lequel il raconte son expérience aux côtés du couple Warren, aussi bien chez eux que lors de chasses aux démons ou d’exorcismes.

Livre que je vous conseille d’ailleurs vivement d’acheter, ne serait-ce que pour en savoir plus sur les différentes façons dont se manifestent démons et autres entités maléfiques, ainsi que pour en apprendre plus sur la possession et le procédé de divers démons, comme celui des incubes, qui par exemple, auraient violé régulièrement les femmes (jeunes filles comprises) d’une famille entière. Sarchie a d’ailleurs collaboré avec Ed et Lorraine Warren sur ce cas.

Que vous croyez ou non aux esprits, à la religion, à l’Enfer et au Paradis, ce bouquin saura vous divertir et vous permettra de comparer ce que l’on voit dans les films à ce qui, d’après Sarchie, serait la réalité de la force démoniaque et du mal originel.

Un mélange de réalité et de fiction, saupoudré d’une tension bien dosée et d’exorcisme qui ne tombe pas dans l’excès

Dans le film Délivre-nous du mal, Scott Derrickson pioche en fait dans les histoires racontées par Ralph Sarchie, prend ce qui l’intéresse et en fait un melting-pot arrosé d’une bonne part de fiction, d’une ambiance lourde et oppressante, et de quelques jump scare bien placés et pas trop lourdingues.

Nous suivons dans ce film l’enquête d’un flic de nuit, dont la personnalité correspond à celle de Ralph Sarchie dans la vraie vie, et dont la plupart des affaires qu’il rencontre en tant que policier ont une part de vérité, puisqu’elles ont été réellement vécues par Sarchie, parfois dans un autre contexte, comme c’est le cas du nouveau-né mort et retrouvé dans la rue par exemple.

Dans son livre, Sarchie évoque d’ailleurs aussi quelques-uns de ses pires souvenirs en tant qu’agent de police de nuit dans le Bronx, et on n’a pas de mal à croire, d’après ce qu’il raconte, qu’il a vu aussi le pire chez l’être humain, nuit après nuit.

Dans le film, on retrouve aussi les difficultés qu’il a à se consacrer à sa famille aussi bien à cause de son job de flic qu’à cause des évènements démoniaques dont il est témoin. Dans la vie, Sarchie a aussi failli voir sa vie de famille voler en éclats à cause de son boulot de policier, et tout comme dans le film, sa famille s’est retrouvée également harcelée à plusieurs reprises par des esprits maléfiques.

Délivre-nous du mal : l'histoire vraie d'un flic devenu démonologue
Ralph Sarchie et Eric Bana

Bien sûr, dans la vie de tous les jours, c’est moins sensationnel que dans le film, mais on retrouve de nombreux éléments présents dans le livre comme les grattements, les pleurs d’enfants, les cris, les ombres tapies dans l’ombre, etc.

Enfin, les cas de possessions, les différentes phases de la possession et l’exorcisme, sont fidèles à la réalité racontée par Sarchie dans son livre.

Ainsi dans Délivre-nous du mal, vous n’aurez personne qui grimpe au mur, ni personne qui fait tourner sa tête à 360°, ou autre effet ultra sensationnel et terrifiant que nous avons maintenant l’habitude de voir dans les films d’exorcisme.

Ralph Sarchie, conseiller sur le tournage de Délivre-nous du mal

Finalement, la partie réelle du film d’horreur de Scott Derrickson est principalement axée sur la personnalité de Ralph Sarchie et sur ses traumatismes.

Eric Bana, qui incarne Ralph Sarchie, est d’ailleurs excellent dans son rôle et se veut être le plus proche possible de la véritable personnalité de Sarchie.

Il y a aussi un côté authentique lorsque le film nous parle des soldats américains revenus traumatisés de la guerre en Irak. Et qui, comme de nombreux autres soldats toutes guerres confondues, ont eu du mal à retrouver une vie normale et à trouver du réconfort auprès de leurs proches.

Sarchie est venu très souvent sur le plateau de tournage pour donner des conseils et aider les acteurs à mieux comprendre les répercussions de toutes ces expériences violentes, intenses et négatives sur sa vie personnelle.

Il a aussi aidé à mieux comprendre le lien qui l’unit au Père José Mendoza, incarné par Edgar Ramirez. Et ce qui l’a poussé à prendre sa retraite de policier pour devenir démonologue et collaborateur de Mendoza.

De plus, le personnage de Joe Mendoza serait en fait inspiré des deux mentors de Ralph en tant que chasseur de démon, à savoir Bishop Robert McKenna et Père Malachi Martin. Ces deux personnes sont également évoquées à de nombreuses reprises dans le livre de Sarchie.

Et enfin, il a aussi aidé à mettre en scène les apparitions diaboliques de façon à ce qu’elles collent la plupart du temps à ce qu’il a vu dans sa carrière de démonologue.

Translate this page »