Aller au contenu

Don’t Look Up : Cette scène effarante s’est vraiment produite dans des émissions françaises

Don't Look Up

Diffusé en pleine période de Noël sur Netflix, Don’t Look Up est un film qui envoie du lourd, autant par son casting (Leonardo DiCaprio, Jennifer Lawrence, Cate Blanchett, Meryl Streep…) que par son message critique et satirique envers la classe politique et journalistique, ainsi qu’envers leurs réactions face aux alertes concernant le dérèglement climatique. Sous couvert d’humour et de caricature, le message est clair : « Nous allons tous crever ! »… oui bon, ce n’est pas tout à fait ça… mais ce qui est sûr, c’est que le film dénonce l’attitude ahurissante des climatosceptiques face aux alertes de scientifiques du monde entier concernant l’avenir de notre planète.

Et ce qui est incroyable, c’est que ce Don’t Look Up n’est (pour le moment) pas une comédie tirée d’une histoire vraie, mais pourrait presque mériter la mention « film inspiré de faits réels » (outre le fait qu’Adam McKay se soit inspiré d’évènements ou de personnages réels). En effet, alors que le talk show du film, animé par Cate Blanchett et Tyler Perry, semble excessivement caricatural, nous avons pourtant eu droit, en France, à des scènes assez similaires et malheureusement réelles, dans les émissions « L’heure des pros  » et « 28 minutes ». Suite à la diffusion de Don’t Look Up, ces scènes totalement surréalistes n’ont d’ailleurs pas manqué de créer le buzz et d’affoler Twitter.

Don’t Look Up : Déni Cosmique, la bande-annonce

Don’t Look Up : Pour clore l’année 2021 en beauté, Netflix propose une comédie satirique sur fond de film catastrophe

Dans Don’t Look Up, Adam McKay raconte l’histoire de deux scientifiques qui viennent de découvrir qu’une comète s’apprête à entrer en collision avec la Terre, et qu’étant donné sa taille, il y a 100% de chance pour qu’elle anéantisse toute forme de vie.

Ces scientifiques, incarnés par Jennifer Lawrence et Leonardo DiCaprio, commencent par vouloir avertir le gouvernement. Mais au vu de la réaction de la présidente des États-Unis (incarnée par Meryl Streep, dont le personnage fait quelque peu penser à Donald Trump) et de son staff, ils préfèrent se tourner vers les médias afin d’avertir la population. Mais là encore, ils vont vite déchanter.

Un extrait du film Netflix Don’t Look Up : Déni Cosmique

Ils se font donc inviter dans un talk show à la télé, et là, alors que Randall Mindy et Kate Dibiasky (les deux astronomes dans le film) font part de leur découverte et de ses conséquences pour l’humanité, les journalistes ne les prennent pas au sérieux et préfèrent enchaîner plaisanterie sur plaisanterie pour détendre l’atmosphère.

Totalement désemparée face à cette indifférence et au fait qu’on ne les prend pas du tout au sérieux, Kate Dibiasky, exaspérée, s’emporte et fini par annoncer que tout le monde va mourir dans 6 mois.

Malheureusement pour elle, son message est tourné en dérision, et son intervention devient la risée d’Internet, des médias et du grand public.

À la fin de cette scène, Brie Evantee (la journaliste), ne manque pas de faire remarquer à Randall que l’intervention de Kate était pourrie et qu’elle n’a pas sa place sur un plateau télé.

Aucun produit trouvé

En France, nous avons assisté à des scènes similaires dans des émissions pourtant très sérieuses

Avec Internet et les réseaux sociaux, peu de choses passent inaperçues. Et c’est donc en ce tout début janvier 2022 qu’un Twittos lance un gros pavé qui éclabousse bien comme il faut, et qui, avec ses plus de 1 million de vues en 24 heures, ne manque pas de faire le buzz.

28 Minutes versus Don’t Look Up

Ce tweet montre en extrait de l’émission 28 Minutes, animée par Elisabeth Quinn et diffusée sur Arte. Cette séquence s’est déroulée en novembre 2021, en plein COP26, soit 1 mois avant la diffusion de Don’t Look Up sur Netflix.

La chroniqueuse, Salomé Saqué, explique des faits avérés et validés par la sphère scientifique, à savoir qu’à cause du réchauffement climatique, la menace de fin du monde est bien réelle, et que si les pays ne prennent pas des mesures radicales, le monde court à la catastrophe.

Malheureusement pour elle, alors qu’elle s’échine à expliquer les faits, l’assemblée se met à éclater de rire et plus personne ne prête attention à ce qu’elle dit, ni ne la prend au sérieux.

La France vient de se faire condamner pour inaction climatique. Je tiens à rappeler que même si on respecte tous ces engagements, le GIEC dit qu’on est à un scénario de +2,7 degrés à la fin du siècle, ce qui est déjà dramatique. Si les mesures sautent, on est à +4 degrés. On parle d’apocalypse. Non, mais vraiment ! C’est pas radical ! C’est pas excessif de ma part de dire ça. Ce sont les scientifiques qui le disent. Moi, je fais partie de la génération qui va vivre l’effondrement

Salomé Saqué dans l’émission « 28 Minutes »

« Moi, je fais partie de la génération qui va vivre l’effondrement » Il n’a pas fallu plus que cette phrase pour déclencher des moqueries et des rires de la part des autres chroniqueurs et journalistes sur le plateau, qui ont sauté sur l’idée qu’elle sous-entendait qu’elle serait la seule personne sur ce plateau d’encore vivante lorsque la fin du monde se montrerait.

Cette scène, à quelques détails près, ressemble étrangement au début de l’intervention des scientifiques sur le plateau télé de Don’t Look Up, notamment concernant l’attitude désinvolte et m’en-foutiste des chroniqueurs, face au sérieux de Salomé Saqué et de la gravité des faits qu’elle énonce.

Après avoir visionné Don’t Look Up, Salomé Saqué n’a pas manqué de réagir sur Twitter :

Le film Don’t Look Up est bouleversant de réalisme. Certains l’ont décrit comme un « miroir déformant », mais il n’a rien d’une parodie, tout est tristement réel et plausible. S’ils restent minoritaires, ceux qui s’évertuent à alerter sombreront avec ceux qui n’ont pas voulu savoir

Salomé Saqué, le 28 décembre 2021, après avoir visionné le long métrage Don’t Look Up sur Netflix

Et ce mercredi 5 janvier, lors de son interview par Télérama, elle n’a pas manqué de revenir sur l’immobilisme et les œillères qui marquent le désintérêt général pour la crise climatique.

C’est une absurdité intellectuelle de ne pas faire de la crise climatique une priorité de l’info

Salomé Saqué, le 5 janvier 2022 dans Télérama
# Aperçu Produit Evaluation Prix
1 Seven Sisters [Blu-Ray] Seven Sisters [Blu-Ray] Pas de notes 14,66 EUR 12,18 EUR
2 Déjà vu [Blu-ray] Déjà vu [Blu-ray] Pas de notes 16,91 EUR 10,08 EUR
3 Her [Blu-ray] (Oscar® 2014 du meilleur... Her [Blu-ray] (Oscar® 2014 du meilleur... Pas de notes 16,96 EUR

L’heure des pros versus Don’t Look Up

Et ce jeudi 6 janvier 2022, nouveau pavé dans la marre, Caisses de grève, le même compte Twitter qui avait posté la séquence de l’émission « 28 Minutes » à posté une nouvelle séquence d’une autre émission française, et cette scène, datant de 2019, est bien plus violente et sidérante que la première.

Étrangement, elle ressemble énormément à la scène de Don’t Look Up dans laquelle Jennifer Lawrence, alias Kate Dibiasky, s’emporte en direct sur le plateau.

Dans la séquence postée sur Twitter, on peut voir Pascal Praud dans son émission « L’heure des pros » nier toute responsabilité humaine dans le réchauffement climatique, voire même, tenter de minimiser l’idée d’un quelconque réchauffement climatique.

Juste un mot, quand même, sur cette histoire de réchauffement climatique, parce que moi ça m’a amusé, évidemment, il fait -3° sur Paris, donc moi, ça m’a amusé

Pascal Praud, le 6 janvier 2022 dans « L’heure des pros »

Une réflexion qui sent bon l’argument du climatosceptique du dimanche, n’ayant à sa disposition que le mépris et l’arrogance pour cacher son ignorance.

Quand quelques individus qui ne sont pas scientifiques, mettent en cause des milliers de chercheurs qui ont mis, justement, en lumière la réalité du changement climatique et les origines anthropogéniques du changement climatique, qu’on soit en train de parler de ça en 2019…

Claire Nouvian, invitée sur le plateau de « L’heure des pros », essayant d’avertir sur le dérèglement climatique

Le ton monte sur le plateau, et face à ses détracteurs, Claire Nouvian, fondatrice de l’ONG écologiste Bloom et membre de Place publique, commence à perdre patience. Et plus la séquence avance, plus les réflexions fusent.

Le tout se termine exactement comme dans Don’t look Up, l’invitée qui s’emporte et les journalistes qui la méprisent.

C’est la première fois que vous venez. Je voudrais d’abord que vous vous calmiez, ce qui nous ferait plaisir. […] Ce que vous dites est parfaitement ridicule et désagréable pour ceux qui vous reçoivent. […] Vous avez le droit d’écouter les autres plutôt que donner une image ridicule et hystérique de votre pensée […] Je vous trouve très ridicule

Pascal Praud s’adressant à Claire Nouvian

Originally tweeted by Caisses de grève (@caissesdegreve)

Avec ces émissions françaises, et aussi incroyable et terrible que ça puisse paraître, le film Netflix Don’t Look Up n’est finalement pas très loin d’être une histoire inspirée de faits réels !

Choose your language »