Inventing Anna : que devient Anna Delvey

Que devient l’arnaqueuse d’Inventing Anna ?

Prison, dettes, cachet Netflix, covid, que devient Anna Delvey, l’arnaqueuse de la jet-set New Yorkaise ? Inventing Anna, la mini-série Netflix inspirée de l’histoire vraie d’Anna Delvey, nous fait suivre la vie tumultueuse à New York d’une fausse mondaine qui arrive à se créer un réseau d’amis, de mécènes et de conseillers, tous plus riches les uns que les autres. Son but ? Obtenir un emprunt colossal pour lancer sa fondation d’art. Mais lorsque les plaintes pour impayé commencent à s’accumuler, tout s’effondre autour d’Anna et elle est rapidement démasquée. Jugée pour escroquerie en 2019, qu’est-elle devenue ? Est-elle toujours en prison ?

Anna Delvey est à nouveau emprisonnée et a attrapé la covid

Arrêtée en 2017 et emprisonnée en l’attente de son procès, Anna Delvey a été reconnue coupable de 4 des 6 chefs d’accusation. En 2019, elle est donc condamnée à 4 ans de prison et à rembourser 200 000 dollars de dédommagement.

Elle a été libérée au bout de 2 ans pour bonne conduite. Seulement 6 semaines après avoir été libérée, elle a de nouveau été arrêtée. Cette fois, aucune arrestation pour escroquerie, mais une arrestation par les services de l’immigration et des douanes des Etats-Unis à cause de son visa expiré.

Revoilà donc Anna à nouveau emprisonnée et risquant d’être expulsée vers l’Allemagne. Aujourd’hui encore, la trentenaire est incarcérée dans le centre correctionnel du comté d’Orange.

En janvier 2022, elle a été testée positive à la covid et placée en quarantaine. Elle avait fait depuis plusieurs semaines une demande écrite pour recevoir une dose de rappel du vaccin. Seulement, elle n’a jamais eu de retour suite à sa demande. Elle a donc porté plainte contre les autorités fédérales de l’immigration pour avoir contracté la covid durant sa détention. Trois autres détenues se sont jointes à sa plainte.

Lire aussi : Inventing Anna : Qui est vraiment Anna Delvey ?

Combien Anna a-t-elle touché de la part de Netflix ?

Pour l’adaptation de son histoire par la plateforme de streaming, Anna Delvey a touché un cachet de 320 000 $.

Elle aurait utilisé cet argent pour rembourser ses dettes. Elle aurait ainsi versé 199 000 $ aux banques, puis elle aurait utilisé 24 000 $ pour payer ses diverses amendes, et 75 000 $ pour payer ses frais d’avocat.

Mais elle n’a pas terminé de payer, puisqu’à l’issu de son prochain jugement, elle devra s’acquitter des frais pour son affaire avec les services de l’immigration.

Alors que le monde parle de la version de Julia Garner, la vraie moi est assise dans une cellule de la prison du comté d’Orange, dans le nord de l’État de New York. Mon dépassement de visa était involontaire et largement hors de mon contrôle. J’ai purgé ma peine de prison, mais je fais appel de ma condamnation pour blanchir mon nom. Je n’ai pas enfreint une seule des règles de libération conditionnelle de l’État de New York ou de l’ICE

Anna Delvey à « insiders »

Quels sont ses projets une fois sortie de prison ?

Une fois tous ses remboursements effectués, il devrait rester un peu de l’argent que Netflix lui a versé pour se lancer dans une nouvelle affaire.

Et c’est exactement ce que compte faire Anna. Lorsqu’elle était sortie de prison en 2021, elle avait annoncé commencer à travailler sur un projet appelé « Anna Delvey TV ». Elle avait alors en tête de récupérer son histoire et de donner sa version des faits.

Anna Delvey est un chef-d’œuvre. Cela va prendre le pas sur la réalité. C’est bizarre de regarder sa propre vie racontée par quelqu’un d’autre. C’est comme si beaucoup de personnes dans votre vie vous disaient ce qu’elles pensent de vous, toutes en même temps. Il s’avère que, la plupart du temps, nous ne voulons pas savoir ce que les gens pensent vraiment de nous

Anna Delvey à Cosmopolitain après avoir regardé la série Inventing Anna

Anna Delvey a été expulsée des États-Unis vers l’Allemagne… ou pas

Le 14 mars 2022, et d’après The Post, Anna Delvey devait être libérée après de nombreux mois passés en détention à l’ICE dans le comté d’Orange, et être mise dans un avion, direction Francfort, en Allemagne.

D’après plusieurs sources, Anna a dit être très en colère par cette expulsion. Elle a dit avoir aussi lancé un appel afin de pouvoir rester aux États-Unis, et que l’appel devait être entendu en avril.

Mais voilà que finalement, son expulsion n’a pas eu lieu. Anna Delvey aurait en effet réussi à retarder son extradition sous prétexte de « graves problèmes de santé ».

Son expulsion retardée, Anna Delvey organise une exposition d’art depuis sa prison

L’arnaqueuse à plus d’un tour dans son sac. Profitant de sa notoriété grâce à la série Inventing Anna diffusée sur Netflix, Anna Delvey a fait organiser une exposition en plein New York sur le thème « Free Anna Delvey ».

Dans cette exposition d’art, on y trouve des œuvres inspirées par son parcours d’arnaqueuse de haut vol au sein de la jet set new yorkaise, mais aussi des toiles qu’elle a réalisées durant sa détention.

Mais qui a bien pu organiser cette exposition où Anna Delvey se retrouve exposée au milieu d’autres artistes, et comment a-t-elle bien pu faire sortir ses toiles de prison ?

Eh bien, il semblerait que même en prison, l’arnaque lui colle au train. En effet, les personnes qui ont co-organisé cette exposition ne sont autres que Julia Morrison et Alfredo Martinez.

Julia Morrison est connue pour avoir affirmé avoir reçu des textos de la part d’Armie Hammer, qui prouveraient ses fantasmes cannibales. SMS qu’elle s’est empressée de vendre en NFT #MeToo. Armie Hammer est un acteur qui a été accusé publiquement par plusieurs femmes d’avoir des pulsions cannibales et dont une autre lui a collé une plainte pour viol.

Alfredo Martinez, est connu pour avoir été condamné à deux ans de prison pour avoir créé et vendu des contrefaçons de Basquiat. Anna Delvey lui a demandé de se charger de reproduire ses propres dessins afin de les exposer.

Si elle [Anna Delvey] doit avoir quelqu’un pour copier son art, autant que ça soit un faussaire de Basquiat

Alfredo Martinez

Anna Delvey a ainsi mis en vente quatre reproductions de ses peintures, chacune coûte 10 000 €. Elle s’est engagée à reverser 15 % de ses gains à une œuvre caritative qui s’occupe d’enfants et pense pouvoir payer ses avocats avec 25% de la somme obtenue.

Un documentaire en préparation

Comme rien ne semble pouvoir arrêter la machine à cash, Anna Delvey prépare un documentaire sur « sa vie d’après ». Pour cela, elle a fait appel au producteur du documentaire « Surviving R. Kelly ».

D’après Deadline, ce documentaire sur Anna Delvey devrait commencer là où s’est arrêté Inventing Anna, c’est-à-dire après sa condamnation.

Nous développons ce projet avec elle depuis des mois et avons passé d’innombrables heures au téléphone et en vidéo avec elle. C’est un personnage complexe et fascinant, et nous sommes impatients de raconter le prochain chapitre de son histoire en constante évolution

Mike Driscoll, directeur du développement chez Bunim/Murray Productions

Lors d’une autre interview avec le New York Times, Anna Delvey a également parlé d’un projet avec Julia Fox.

Translate this page »